Fukushima daiichi pdf

      Commentaires fermés sur Fukushima daiichi pdf

25 plus grandes fukushima daiichi pdf nucléaires au monde. Article détaillé : accident nucléaire de Fukushima.

Fukushima I a été mise en service le 26 mars 1971. La puissance installée est de 4 696 MWe. 1971 et 1979, dont cinq selon l’architecture Mark 1. Ils ont été construits par General Electric,Toshiba et Hitachi. 1 à 5 de la centrale de Fukushima I.

Cette partie est appelée le cœur du réacteur. Certains noyaux des atomes composant le combustible sont fissionnés quand ils sont frappés par des neutrons. Dans un REB, elles sont situées en dessous du cœur et doivent être soulevées pour ralentir la réaction. Dans le cas des réacteurs de la centrale de Fukushima I, l’enceinte de confinement en béton entourant la cuve est en communication via des tuyauteries de fort diamètre avec un tore placé en partie inférieure et contenant de l’eau froide et réfrigérée par un circuit externe dans laquelle les dites tuyauteries plongent. Dans ces piscines, la puissance thermique résiduelle des éléments combustibles décroît durant des durées variables jusqu’à rendre possible leur évacuation vers les centres de retraitement ou de stockage. Un scandale qui éclate en 2002 révèle que TEPCO a, durant les années 1980 et 1990, falsifié une trentaine de rapports d’inspection constatant des fissures ou des corrosions sur les enveloppes des réacteurs dont ceux de la centrale de Fukushima.

Dans un rapport remis le 28 février 2011 à l’Agence japonaise de sûreté nucléaire, TEPCO admet avoir de nouveau falsifié plusieurs rapports d’inspection: elle n’a en réalité pas contrôlé trente-trois éléments des six réacteurs de Fukushima-Daiichi. Le 31 mars, le Wall Street Journal révèle que les plans de gestion d’urgence de TEPCO, quoique conformes à la législation japonaise, ne correspondent qu’à des incidents mineurs, ce qui n’a pas permis à l’opérateur de réagir efficacement durant les premiers jours de la crise. Malgré cela la chaîne de télévision japonaise NHK révèle le 31 mars que la dosimétrie des travailleurs sur le site n’est pas précisément suivie car TEPCO n’a plus assez de dosimètres. C’est également en 2007 que TEPCO réalise une étude sur le risque d’un tsunami de grande ampleur. Un comité d’experts est alors chargé de revoir les normes anti-sismiques.

En août 2007, Katsuhiko Ishibashi, un sismologue japonais réputé, démissionne de ce comité : pour lui, les nouvelles normes ne sont pas assez strictes et ne garantiront pas la sûreté. 8 déclenche un redoutable tsunami au large du littoral au cours des trois décennies suivantes. En mars 2011, les vagues atteignent la hauteur de 14 mètres du fait de leur énergie cinétique. La centrale nucléaire de Fukushima Daiichi 1 a subi son plus grave accident nucléaire à la suite du séisme du 11 mars 2011 de magnitude 9 qui a dévasté le nord de l’archipel nippon. Nord-Est du Japon le 11 mars 2011, les réacteurs 1, 2 et 3 ont subi une fusion du combustible.