Hansol museum pdf

      Commentaires fermés sur Hansol museum pdf

Le Mucem hansol museum pdf l’artiste chinois Ai Weiwei, l’un des acteurs majeurs de la scène artistique internationale. En août le Mucem est le point de ralliement des cinéphiles. 31 films pour 31 séances de rattrapage !

10 questions clés pour comprendre qui, comment, pourquoi ? Ils parlent du Mucem Figures emblématiques, personnalités en vue, ils nous racontent leur Mucem. Remettre en avant ces territoires de la Méditerranée c’est défendre la culture, pour tout le monde. Exposez vos photos au Mucem ! Une collecte de photos d’amateurs est organisée jusqu’au 15 avril 2018 pour l’exposition Manger à l’oeil , présentée cet été au Mucem.

L’architecte japonais Tadao Ando grand admirateur de Le Corbusier, sera à l’honneur à Paris cet automne. Tadao Ando, star planétaire de l’architecture, dont l’oeuvre est à la fois ascétique et spectaculaire se confie à L’Express. Simplicité des volumes et des formes, dialogue permanent avec les éléments : l’eau, le ciel, le vent En tout, plus de 200 constructions illustrent cette philosophie. Des maisons individuelles, des bâtiments publics et de nombreux musées que l’on peut admirer en Europe, aux Etats-Unis, mais surtout au Japon où l’on croise cet inclassable autodidacte.

Costume monacal et silhouette austère démentie par un regard plein de malice et une voix rauque de bad boy d’Osaka, Tadao Ando nous a reçus dans l’île de Naoshima, où il a bâti, entre 1992 et 2010, deux musées et un hôtel, extraordinaire projet qui sera exposé dès le 30 août au Bon Marché, à Paris. Une exposition au Centre Pompidou, une autre au Bon Marché Votre automne va être très parisien! Naoshima, l’une de mes créations les plus personnelles. A quel moment avez-vous choisi de devenir architecte? Dès l’âge de 15 ans, quand mes parents ont fait appel à des charpentiers pour rénover notre maison de Morisyoji, le quartier populaire d’Osaka. J’ai alors été frappé de voir comment cette vieille maison pouvait être transformée, métamorphosée.

Cela m’a décidé à devenir architecte, mais il fallait, pour cela, aller à l’université, ce qui m’était impossible financièrement. Alors, j’ai commencé à faire des petits boulots. Le travail de Le Corbusier vous a beaucoup influencé. En feuilletant un livre dans une librairie d’Osaka. Comme il coûtait trop cher, je venais chaque jour le consulter et je le cachais ensuite sous d’autres livres pour qu’aucun client ne puisse l’acheter ! Le travail de Le Corbusier m’a donné envie de rencontrer l’homme, et j’ai pris en août l965 le Transsibérien pour Moscou, puis j’ai voyagé en Finlande, en Suisse Je suis arrivé à Paris début septembre sans savoir qu’il était décédé quelques jours auparavant. J’ai débuté ma visite par la villa Savoye , à Poissy.

Elle était en mauvais état, mais André Malraux – le ministre de la Culture de l’époque – avait déjà ordonné sa restauration. La décision du général de Gaulle de nommer un homme de lettres comme ministre a été une chose formidable. Aujourd’hui, le monde entier ne jure que par les initiatives du patrimoine mondial de l’Unesco, mais la France a eu cette politique visionnaire il y a cinquante ans! Après Paris, je suis allé à Ronchamp voir Notre-Dame-du-Haut. La chapelle était emplie de fidèles et j’ai découvert que l’architecture pouvait avoir cette fonction extraordinaire : offrir des lieux où les gens sentent qu’ils peuvent vivre ensemble. J’ai également compris que les volumes et la lumière étaient essentiels. Surtout la lumière, elle donne vie à l’architecture.

Et vous avez poursuivi ce voyage initiatique Qu’avez-vous appris? Que la Terre est immense et que rien ne ressemble au Japon. Après Marseille, j’ai traversé l’Afrique jusqu’au Cap. De Madagascar, j’ai pris un cargo pour l’Inde et Mumbai. On pense aujourd’hui à l’hyper-modernité de Singapour, mais, à l’époque, il s’agissait juste d’une jungle où tout le monde vivait dehors et marchait pieds nus.

Le Benesse House Museum, à Naoshima, conçu par Tadao Ando. Quelle est votre définition de l’architecture? C’est un langage universel, une affaire de géométrie mais aussi de spiritualité. Selon les circonstances, on peut choisir un carré ou un triangle, mais, au fond, le résultat de tout cela doit être un lieu qui parle au coeur des humains.

Il a été découvert par des Français en 1897 et plébiscité par l’architecte Auguste Perret, qui l’a tout de même utilisé pour bâtir une église à Paris ! Le béton est un matériel inorganique mais pourtant très convaincant. Il est à mes yeux le matériau symbolique du XXe siècle et celui du XXIe. Il est peu coûteux, on le trouve partout et je souhaitais concevoir une architecture singulière avec un matériau accessible à tous. Tout réside dans la façon de le travailler. J’aime les espaces nus, les plans libres, les volumes simples et je travaille beaucoup l’idée de transition.